Je suis né dans les choux





Je suis né dans les choux

Pourquoi aurais-je douté de la version officielle ?

Je suis né dans les choux

. Je l’ai cru. « Né dans les choux. » C’était logique : en hiver, ils se rendaient plusieurs fois par semaine « aux choux », des choux pour nourrir les vaches.
Pourquoi aurais-je douté de cette « version officielle » ?
Impossible de me rappeler quand « j’ai su. » Je n’ai jamais pu imaginer qu’ils puissent avoir « fait l’Amour. » Ils se sont simplement reproduis.
Quand, vers dix-sept ans, avoir un tel père m’a vraiment perturbé, je ne l’ai jamais considéré comme un être duquel je venais, même en ayant oublié cette « histoire de choux » ; j’aurais préféré le statut d’un enfant perdu, un « sauvage de l’Aveyron » uniquement recueilli par des Thénardier pour la prime du gouvernement aux vieux suffisamment cupides pour se prétendre parents.


Le contact

Accueil écrivain
sur le forum écrivain : Comme un écrivain indépendant : un photographe indépendant
Lecture et commentaires.